Dior, j’adore!

Classé dans : Non classé | 0

En promenade dans la pointe finisterienne en mai dernier, furetant dans un magasin de  brocante aux accents marins, je suis tombée sur un sac en toile de jute Dior en parfait état, que j’ai fait mien sur le champ, sachant comme il est difficile d’en trouver désormais.Ce côté luxe à l’état brut, ce gros numéro imprimé, cette corne d’abondance, et ce beau bleu-vert…Que faisait donc ce sac Dior n°98 au Conquet? Pour moi, le Christian Dior couturier, était jardinier normand… issu d’une famille granvillaise.

Remontant le fil des engrais dissous Dior n°98, et donc l’histoire de la famille Dior avant la maison de couture, j’ai appris que ces superphosphates ont été fabriqués entre 1850 et 1930 dans la Manche, et diffusés dans le Grand Ouest, mais que la société Dior possédait aussi des usines à Saint Marc près de Brest pour les lessives et l’ eau de javel Dior entre autres. Ce sac était donc à sa place, au bout du bout de la Bretagne…

Ni une ni deux, il m’en fallait d’autres, l’histoire était trop belle…J’ai rappelé le brocanteur conquétois, qui m’a cédé les 6 derniers sacs en sa posséssion et une amie adorable (merci So!) me les a fait parvenir…

Ils ne sont pas tous en parfait état, ils ont servi il y a très longtemps, ils ont des reprises d’origine pleines de charme, mais ils ont été lavé et essoré avec douceur, et sont prêts à vivre une nouvelle vie!

 

sacs engrais Dior sac engrais Dior ensemble sac engrais Dior numéro 98

sac engrais Dior corne d'abondancesac engrais Dior dos

sac engrais Dior détail reprise

 

Si l’aventure vous tente, c’est ici!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *